Dimanche 21 juin 2020

Une journée inoubliable pour célébrer la fête de la Musique et le début de l'été !

Un spectacle pour les familles et non moins de trois concerts se succéderont au Petit Théâtre, à l'Orangerie et dans les Salons du Château.

Au programme: un concert interactif pour vous faire (re)-découvrir la musique du célèbre Apprenti Sorcier de Disney, la magie du cymbalum, les plus belles sonates en trio du XVIIe siècle par l'Ensemble Clematis ainsi que les Nuits d'été de Berlioz délicieusement interprétées par Cécile Lastchenko et l'Ensemble Kheops.

11h30 Orangerie

L'apprenti sorcier

Spectacle pour les familles

par Maureen Dor présentatrice

L’ENSEMBLE KHEOPS
Sophie Hallynck harpe, Gilles Breda flûte, Ronald Van Spaendonck clarinette,
Ayako Tanaka violon, Marie Hallynck violoncelle, Muhiddin Dürrüoglu piano

Quand petits et grands jouent à l’apprenti sorcier !
Un concert ludique et interactif avec les musiciens de l’ensemble Kheops. Ceux-ci invitent les parents à devenir apprentis et les enfants à se transformer en sorciers le temps d’un jeu animé par Maureen Dor ! Qui en sortira vainqueur ?

La musique de Paul Dukas raconte l’histoire d’ un apprenti sorcier qui essaie d’ensorceler un balai et lui confie sa corvée de remplir des seaux d’eau. Le tour semble fonctionner, mais l’apprenti réalise peu à peu qu’il n’est pas maître de sa magie: le balai devient vite incontrôlable; l’inondation est incontournable!

En un seul movement, Dukas décrit merveilleusement l’histoire, évoque chaque instant du conte par les couleurs et la rythmique de sa partition qui transporte l’auditeur au milieu du déluge et le place aux premières loges, dans la cabane du sorcier.

La musique de Dukas doit une très grande part de sa popularité au fait qu’elle fournit le thème d’une des séquences du dessin animé Fantasia de Walt Disney (qui date de 1940) et dans lequel le rôle de l’apprenti sorcier est dévolu à Mickey Mouse.

Le jeu musical de l’Apprenti Sorcier est l’occasion, pour les jeunes et les moins jeunes, de découvrir la force et les subtilités de cette partition.

L’APPRENTI SORCIER

Musique de Paul Dukas
Arrangement de Muhiddin Dürrüoglu pour piano, harpe, violon, violoncelle, flûte et clarinette
Texte et mise en scène de Sybille Wilson

14h Salon du Château

A la découverte du cymbalum

Récital commenté

par Cyril Dupuy cymbalum

Doté de beaucoup de charme, le cymbalum demeure un instrument rare et méconnu.
Le récital donné par Cyril Dupuy, s’adressant à tous les publics, aborde l’histoire du cymbalum de ses origines à nos jours. Une occasion unique de le découvrir grâce à la diversité des répertoires qui le mettront à l’honneur!

Au programme :

Traditionnel d'Europe de l'Est  "Grosse Tête" 
Anonyme du XVIIe siècle  "Ground" 
J.S. Bach  "Fantaisie" de la Fantaisie Chromatique  BWV 903 
Traditionnel Roumain "Feuille verte"
F. Liszt "Fantaisie Hongroise N°2" 
G. Kurtag "Eclats" op.6c 

16h Petit Théâtre

La Folia

In stile italiano

par l'ENSEMBLE CLEMATIS

Stéphanie de Failly & Amandine Solano violons, Marion Martineau basse de viole, Brice Sailly clavecin/orgue

La sonate en trio est l’un des genres de prédilection du répertoire instrumental du XVIIe siècle.

En Italie, comme dans tous les pays d’Europe qui ont suivi les nouveaux modèles de la musique instrumentale qui s’y était développée, c’est principalement au violon que ces compositions sont dédiées. 

Le style de la sonate en trio a séduit toute l’Europe, ce que l’on peut aussi découvrir ici avec les œuvres de musiciens des Pays-Bas, d’Angleterre ou d’Allemagne...

Salomone ROSSI
Sonata in dialogo detta la Vienna
Sonata duodecima sopra la Bergamasca

Francesco CAVALLI
Canzona a 3

Nicolaus à KEMPIS
Ciaconna

Henry PURCELL
Sonata (Chaconna)

Dieterich BUXTEHUDE
Sonata C dur BuxWV266

Giovanni LEGRENZI
Sonata terza

Antonio VIVALDI
Sonata la Folia RV 63

18h Orangerie

Nuits d'été

par L’ENSEMBLE KHEOPS
Sophie Hallynck harpe, Gilles Breda flûte, Ronald Van Spaendonck clarinette,
Ayako Tanaka violon, Marie Hallynck violoncelle, Muhiddin Dürrüoglu piano

&

Cécile Lastchenko voix

C’est dans un recueil de son ami Théophile Gautier que Berlioz choisit les textes des six Nuits d’été, œuvre d’une expressivité rare qui inaugure le genre de la mélodie avec ensemble instrumental, promis à un bel avenir tant en France qu’à l’étranger (Duparc, Chausson, Mahler, Strauss…).
Le titre même de l’ouvrage reste une énigme. Hommage au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare? Réminiscence des Nuits d’été à Pausilippe de Donizzetti? Plus simplement, les Nuits d’été sont celles d’un impossible amour, la fuite dans le voyage et le rêve...
Si les six mélodies ont vu le jour vers 1840-41 dans une version pour voix et piano, elles ont ensuite été orchestrées par le compositeur lui-même en 1856 et c’est dans un subtil arrangement signé par Luca Antignani, très respectueux du texte original et des couleurs orchestrales que l’ensemble Kheops vous les présente aujourd’hui. 
Pour vous accompagner jusqu’à la nuit, quelques-unes des plus belles mélodies françaises: les célèbres Elégie et Méditation de Thaïs de Jules Massenet, elles-mêmes précédées de la lumineuse Tarentelle de Saint-Saëns, connue pour son tempo dynamique et ses mélodies joyeuses et entraînantes qui marient piano, flûte et clarinette. Voilà de quoi illuminer durablement votre soirée!  

C. Saint-Saëns
Tarentelle en la mineur op. 6 pour flûte, clarinette et piano

J. Massenet
Elégie pour voix, violoncelle et harpe

J. Massenet
Méditation de Thaïs pour violon et harpe

H. Berlioz
Nuits d’été op.7 (arr. par L. Antignani pour voix, flûte, clarinette, violon, violoncelle & piano)

Kheops ensemble.jpg

Ensemble Kheops

Kheops ensemble.jpg

Ensemble Kheops

« Tous les musiciens sont au diapason pour porter la pièce aux sommets de la musique et de l’intensité. » (PJ Tribot, Resmusica)

Fondé par trois musiciens belges reconnus sur la scène internationale - Marie Hallynck, violoncelliste, Ronald Van Spaendonck, clarinettiste, et Muhiddin Dürrüoglu, pianiste et compositeur - Kheops a vu le jour en 2006. Avec la harpiste Sophie Hallynck, ils forment désormais le « carré de base » de cet ensemble à géométrie variable.

L’ensemble s’est rapidement hissé parmi les ensembles incontournables de la scène musicale et se produit dans des salles comme Bozar, le Théâtre de la Ville à Paris, Flagey, le Sureyya Operasi d’Istanbul, le Beethovenfest, la Philharmonie du Luxembourg, la Filature à Mulhouse, la Salle Philharmonique de Liège, ainsi qu’en Chine, en Italie, au Royaume-Uni, au Festival des Forêts, au Festival de Wallonie, au Festival van Vlaanderen pour ne citer qu’eux.

Le répertoire de Kheops est vaste, allant de Bach aux compositeurs d’aujourd’hui

et les musiciens de l’ensemble collaborent également régulièrement avec des artistes de différents horizons pour la création de spectacles originaux (The Blue Path avec Steve Houben, Mr Croche, antidilettante avec Patrick Leterme, des spectacles jeune public avec Bruno Coppens...).

Ses enregistrements discographiques ont été unanimement salués par la presse spécialisée.

L’ensemble Kheops bénéficie du soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

site officiel
Ensemble Clematis.jpg

Ensemble Clematis

Ensemble Clematis.jpg

Ensemble Clematis

La clematis est une fleur agréablement odorante qui représente le principe de l’idéalisme et de la créativité… Voilà qui justifie parfaitement le nom donné à cet ensemble de musique baroque : « créativité » parce que ce répertoire ne peut vivre que par le biais d’une interprétation basée sur l’instant et le renouvellement, « idéalisme » parce que seul le respect des sources authentiques permet cette créativité.
C'est en 2001 que la violoniste Stéphanie de FAILLY crée l'ensemble CLEMATIS dont l'objectif est de travailler le répertoire méconnu du XVIIe siècle. Il aborde aussi bien le vaste répertoire italien que des œuvres allemandes ou françaises, avec toutefois un intérêt particulier pour les pages oubliées des compositeurs des Pays-Bas comme Nicolaus à Kempis, Carolus Hacquart ou Gioseffe Zamponi. C’est l’ensemble Clematis qui a réalisé la restitution et la re-création de son opéra Ulisse all’isola di Circe qui avait été joué pour la première fois à Bruxelles en 1650. Réalisé avec une distribution éblouissante, l’enregistrement de cet opéra est édité chez RICERCAR sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon.
Formation à géométrie variable, l'ensemble CLEMATIS réunit, autour de sa fondatrice, des musiciens choisis en fonction des différents projets musicaux. Tous sont actifs au sein des meilleures formations baroques du moment. Outre ses prestations en Belgique, l’ensemble a donné de nombreux concerts à l’étranger : Pays-bas, France, Italie, Espagne, Israël, Pologne, Bolivie, Mexique, Russie…).
L’un des centres d’intérêt de CLEMATIS est la musique instrumentale italienne du XVIIe siècle, principalement celle dédié au développement du répertoire du violon ce qu’illustrent les enregistrements consacrés à Carlo Farina et à Giovanni Battista et Tomaso Antonio Vitali dont Stéphanie de Failly a enregistré le célèbre Ciaconna, repartant du manuscrit original et rendant à cette partition toute son originalité baroque. Un disque consacré à Giovanni Legrenzi a été publié en 2016 et 2017, à l’occasion de l’année Monteverdi, un nouvel enregistrement consacré à la musique instrumentale à la cour de Mantoue sera édité..
L’autre centre d’intérêt de CLEMATIS est le répertoire religieux et instrumental allemand du début XVIIe siècle aux premières compositions de J.S. BACH. Pour ces programmes de musique vocale, CLEMATIS fait appel à plusieurs solistes parmi lesquels Mariana Flores, Juliette Perret, Paulin Bündgen, Zachary Wilder, Fernando Guimaraes, Philippe Favette.
CLEMATIS collabore également avec les autres ensembles que dirige Leonardo Garcia Alarcon, la CAPPELLA MEDITERRANEA et le CHŒUR DE CHAMBRE DE NAMUR ; c’est le cas entre-autres du programme consacré aux compositions profanes de Mattheo ROMERO et de CARMINA LATINA.

site officiel
Maureen Dor.jpg

Maureen Dor

narrratrice

Maureen Dor.jpg

Maureen Dor

narrratrice

Après avoir démarré à la télévision belge en 1988 comme seul visage de la chaîne de sport et musique Télé 21, Maureen devient chroniqueuse à « Nulle Part Ailleurs », l’émission emblématique de Canal + en 1993.

En 1994, elle anime les émissions pour la jeunesse de France 2 : « Chalu Maureen », « Couleur Maureen » etc.

En 1996 et 1997, elle joue le rôle principal dans la comédie musicale « le magicien d’Oz » sous le plus grand chapiteau de France et à Bercy.

De 1998 à 2007, elle participe en tant que chroniqueuse aux émissions de Laurent Ruquier à la télévision et en radio sur Europe 1.

Durant ses mêmes années, elle double un personnage de « l’âge de glace »,
elle prend la voix du petit chaperon rouge dans « la véritable histoire du petit chaperon rouge » et la voix de Fleur de Miel dans « Petit potam ».

Elle est la narratrice de 8 concerts des jeunesses musicales avec l’Orchestre Royal Philharmonique de Liège.

En 2008 est tient un des rôles princi- paux de la série « La Crim’ ». En 2010 et 2012, elle co-écrit deux scénarios de longs-métrages. En 2011, elle crée sa maison d’éditions de livres pour la jeunesse, les Editions Clochette.

A ce jour, elle a édité une trentaine de livres. Tout en étant la narratrice des concerts pour enfants de l’Orchestre Royal et Philharmonique de Liège.

Elle a tenu le rôle principal aux côtés de Francis Perrin et Bernadette Laffont dans la pièce de théâtre « Tout est à refaire » de Laurent Ruquier. De même que dans la pièce de Jean Anouilh « Ne réveillez pas madame » au côté de Stéphane Hillel et Francis Perrin.

Actuellement, Maureen se consacre à sa maison d’éditions.

Cécile Lastchenko.jpg

Cécile Lastchenko

soprano

Cécile Lastchenko.jpg

Cécile Lastchenko

soprano

Cécile, soprano belge, a d’abord étudié le chant lyrique au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Marcel Vanaud où elle a obtenu son Master spécialisé avec la plus Grande Distinction en 2012. Première de sa promotion, elle reçoit le prix Alice Tyckaert du Patrimoine du Conservatoire Royal de Bruxelles.

Elle a ensuite obtenu un deuxième Master of Music à la Guildhall School of Music and Drama de Londres, dans la classe de la soprano Yvonne Kenny.

De 2014 à 2018, Cécile s’est perfectionnée à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth de Belgique, sous la direction de José van Dam et de Sophie Koch.

Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle a remporté le 1er Grand prix du concours « Les nouveaux talents de l’art lyrique », le 1er prix Young Talent du concours international Bell’Arte, le 2ème prix du concours international Léopold Bellan à Paris et est lauréate du Concours international des Symphonies d’Automne de Mâcon 2018.

Cécile se produit régulièrement en tant que soliste sur les scènes de l’Opéra Royal de Wallonie, des BOZAR de Bruxelles, à Flagey (sous la direction De G. Bisanti), au Théâtre Royal du Parc de Bruxelles, mais aussi à Paris à la Fondation Louis Vuitton, à Lisbonne à la Fondation Gulbenkian et à Londres au Milton Court.

Comme rôle principaux à l’Opéra, Cécile a interprété Susanna dans les « Nozze di Figaro » de Mozart au Théâtre Royal de Bruxelles en 2016, le rôle de Inès dans « la Favorite » de Donizetti à l’Opéra Royal de Wallonie en 2017 ainsi que les rôles de l’écureil, du pâtre, la Chatte et la Bergère dans l’Enfant et les Sortilèges de Ravel au BOZAR de Bruxelles en 2018.

Pour la saison 2020, Cécile chantera le rôle de Fiordiligi de Cosi Fan Tutte de Mozart au Palais des Beaux-Arts de Charleroi et le rôle de la Ciesca dans Gianni Schicchi de Puccini à l’Opéra de Monte Carlo (Monaco).

Repérée et appréciée par la presse belge, Cécile a été citée comme « Révélation de la production par son tempérament de feu et par ses qualités vocales et musicales » (Rôle de Susanna, La Libre Belgique), «D’une sublime existence, elle personnifie la jeune et belle Inès. Une attitude féminine qui se poursuit jusque dans la voix, sonnant à la perfection » (Rôle de Inès, Olyrix) et « Rien n’est standard chez cette jeune femme : tout annonce une artiste puissante et attachante » (CREB 2018, La Libre Belgique)

Violoniste de formation, la musique de chambre tient une place essentielle dans le répertoire de Cécile. Cécile forme le duo « Entre Mère et Fille » avec la pianiste Dominique Cornil : elles se produisent régulièrement dans leur spectacle « Les incontournables de la Poésie française » et « From Gypsy to Jazz ».

Pour le centenaire de la mort de Claude Debussy, Warner Music a publié son intégrale dont Cécile a enregistré deux extraits des ariettes oubliées dans la version soprano et orchestre due à André Caplet. Elle est accompagnée par le Music Chamber Orchestra sous la direction de Ayrton Desimpelaere.

site officiel
Cyril Dupuy.jpg

Cyril Dupuy

cymbalum

Cyril Dupuy.jpg

Cyril Dupuy

cymbalum

Mû par ses origines tziganes, Cyril Dupuy étudie le cymbalum dès l’âge de huit ans dans la classe de Détlef Kieffer au Conservatoire Régional de Strasbourg.

Lauréat au concours Aladar Racz à Budapest en 1994, il est alors remarqué par la cymbaliste Marta Fabian, qui deviendra son mentor.
A seize ans, il est invité à donner un récital par le Festival Musica de Strasbourg, puis sera retenu par Lorin Maazel afin d’interpréter son Concerto pour Violon & Orchestre auprès de l’Orchestre Philharmonique de Vienne.
En 2000, il est nommé lauréat Juventus des jeunes solistes européens.

Cyril Dupuy se produit régulièrement auprès d’orchestres de renommée internationale, sous la baguette de chefs prestigieux. Il a eu également la joie de jouer avec de grands solistes, tel Laurent Korcia, ainsi qu’auprès de plusieurs ensembles de musique de chambre, et de groupes de musiques traditionnelles klezmer et tziganes.

Il a régulièrement l’occasion d’interpréter des œuvres de compositeurs contemporains et garde l’objectif d’élargir le répertoire et la connaissance du cymbalum.

site officiel
Sophie Hallynck.jpg

Sophie Hallynck

harpe

Sophie Hallynck.jpg

Sophie Hallynck

harpe

Formée par Francette Bartholomée au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles, Sophie Hallynck se perfectionne au Conservatoire National Supérieur de musique de Paris dans la classe de Marie-Claire Jamet. Sophie Hallynck est lauréate des Concours internationaux de Spotorno en Italie et « Arpista Ludovico » de Madrid, lauréate de la Fondation Belge de la Vocation et est également récompensée par l’obtention du prix « Pelemans » pour sa contribution à la diffusion du répertoire musical Belge.

A l’âge de 21 ans elle obtient le poste de harpiste solo de l’Opéra Royal de Wallonie (Liège) fonction qu’elle quittera quelques années plus tard pour se consacrer à ses activités de concertiste et de pédagogue. Elle devient alors professeur au Koninklijk Vlaams Conservatorium (conservatoire supérieur) d’Anvers (poste qu’elle quitte en 2017) et à l’IMEP (institut supérieur de musique et de pédagogie) à Namur où elle enseigne actuellement la harpe et la musique de chambre aux futurs professionnels.

Sophie Hallynck est invitée à se produire comme soliste avec de nombreux orchestres : Collegium Brugense, Prima la Musica, Orchestre de Chambre de Wallonie, Orchestre de chambre de St. Petersbourg, het Vlaams Symfonisch Orkest, Jeune Philharmonie, Opéra Royal de Wallonie, I Fiamminghi, De Filharmonie, l’Orchestre philarmonique de Liège, La petite bande, Kiev chamber orchestra, l’orchestre de la chapelle musicale de Tournai, le Kiev Philharmonic Chamber Orchestra dans les concertos de Mozart, Haëndel, Rota, Rodrigo, Debussy, Jongen, Gossec, Craens, Janssen, Constant, Lutoslawski, Frank Martin...

Sophie Hallynck est présidente de l’Association « la harpe mosane » et du concours international de harpe Félix Godefroid.

site officiel
photo Ayako Tanaka.jpg

Ayako Tanaka

violon

photo Ayako Tanaka.jpg

Ayako Tanaka

violon

Ayako Tanaka vient d’être nommée supersoliste de l’orchestre National de Lille. Elle débute la saison 2017 -2018.

Originaire d’Osaka (Japon), Ayako Tanaka est élevée musicalement dans la plus pure tradition Hongroise. Plusieurs fois lauréate de concours (2e Prix du Concours Wakayama, lauréate du Concours des Solistes du Japon, 1er prix du Concours d’Osaka), elle est formée en Europe par Tibor Varga. Elle entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1995, dans la classe de Peter Csaba et Pavel Vernikov, ainsi que de M. Vaitsner et y obtient un Premier Prix à l’unanimité avec la mention Très Bien et les félicitations du jury. En 1995 elle remporte le 1er prix à l’unanimité du Concours International Rovere d’Oro. De 1997 à 2007, elle tient le poste de premier violon du Quatuor Psophos. En moins de trois ans, le Quatuor Psophos a remporté le 4e Prix du Concours International de Londres, le 3e Prix du Concours International d’Osaka, le 2e Prix du Concours International Vitorio Gui de Florence et le Prix spécial de l’Académie Mozarteum de Salzbourg. En septembre 2001, ce parcours est couronné par l’obtention du Premier Grand Prix du Concours International de Quatuor à Cordes de Bordeaux ainsi que par le Prix à l’unanimité de la Presse Internationale et de trois autres prix spéciaux. Ces victoires propulsent les Psophos qui se produisent depuis sur les plus grandes scènes et dans des festivals internationaux. En Janvier 2005, le quatuor Psophos a été nommé dans la catégorie « Meilleur ensemble de l’année » aux Victoires de la Musique 2005 et a été sélectionné fin 2005 comme premier quatuor français par la radio BBC 3 à Londres pour rejoindre les 12 lauréats internationaux de la prestigieuse série « New Generation Artists » pour 2006 et 2007.

De 2007 à 2011, elle rejoint le quatuor Orféo (aux côtés de David Grimal, Lise Berthaud et François Salque), qui a réalisé l’intégrale des quatuors de Beethoven. Ayako aime aussi partager sa passion de la musique de chambre avec des artistes comme Sarah Nemtanu, Svetlin Roussev, Dana Ciocarlie, Henri Demarquette, Alain Meunier, Renaud et Gautier Capuçon, Nicholas Angelich, Franck Braley, Eric Lesage, le Quatuor Lindsay, le quatuor Ebène, Nicolas Dautricourt, Cédric Tiberghien, Paul Meyer, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, Isabelle Moretti et au sein de l’ensemble Dissonance. En 2008 elle forme le trio Dante actuellement composé de Hortense Cartier-Bresson et Ophelie Gaillard. Depuis septembre 2009, Ayako Tanaka occupe le poste de co-soliste de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Myung-Whun Chung. Actuellement assistante de Svetlin Roussev au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, elle enseigne également au pôle supérieur du Conservatoire à Rayonnement Régional de Lille. Depuis 2004, Ayako Tanaka soutient activement la lutte contre le sida dans l’Océan Indien (Iles de la Réunion, Maurice et Madagascar) en donnant des concerts dont les recettes sont entièrement reversées à des associations locales de prévention. Depuis début 2006, Ayako Tanaka joue un violon Antonius & Hieronymus Amati de 1628 prêté par deux donateurs anonyme

site officiel
Marie Hallynck.jpg

Marie Hallynck

violoncelle

Marie Hallynck.jpg

Marie Hallynck

violoncelle

Lauréate du célèbre tournoi Eurovision en 1992 et de l’association Juventus en 1996, élue « Rising Star » par le réseau Echo en 2001 et « Musicienne de l’année » par la presse musicale belge en 2002, Marie Hallynck entame très jeune une carrière internatio- nale, se produisant avec des orchestres comme l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre Philharmonique de Saint-Petersbourg, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de Lille, le Hong Kong Chinese Orchestra... dans des salles aussi prestigieuses que le Concertgebouw d’Amsterdam, le Musikverein de Vienne, Wigmore Hall de Londres, le Théâtre de la Ville et la Cité de la Musique à Paris, le Palais des Beaux- Arts de Bruxelles, les Philharmonies de Berlin et Cologne pour ne citer qu’elles.

Ses nombreux enregistrements disco- graphiques, dont le dernier paru chez Warner Classics où elle interprète le concerto de Dirk Brossé en soliste avec le London Symphony Orchestra lui ont valu les plus hautes récompenses dans la presse spécialisée.

Parallèlement à ses activités de concerts, Marie Hallynck enseigne au Conservatoire Royal de Bruxelles et est invitée à siéger parmi les membres du jury de concours internationaux (ARD Münich, CMIREB 2017).Elle joue sur un violoncelle de Matteo Goffriller (1717).

site officiel
muhiddin-durruoglu.jpg

Muhiddin Dürrüoglu

piano

muhiddin-durruoglu.jpg

Muhiddin Dürrüoglu

piano

Pianiste, compositeur, pédagogue, Muhiddin Dürrüoğlu est avant tout un musicien incroyablement attachant, doté d’une personnalité artistique hors du commun. 

Remarqué dès son plus jeune âge pour sa créativité et ses dispositions instrumentales exceptionnelles, il est admis à onze ans dans la classe de l’éminent pédagogue Kamuran Gündemir au Conservatoire d’Ankara. Muhiddin Dürrüoğlu donne ses premiers concerts dès la première année, mêlant avec bonheur les œuvres du grand répertoire à ses premiers essais en tant que compositeur.

Trois ans plus tard, il est admis en licence et a la chance d’intégrer la classe d’Ilhan Baran, compositeur ayant étudié à Paris avec Henri Dutilleux qui deviendra vite son mentor. Celui-ci lui enseigne avec minutie et passion la composition et la théorie musicale au sens large du terme.  

Ayant obtenu sa licence au Conservatoire d’Ankara dès ses 18 ans, Muhiddin Dürrüoğlu s’installe en Belgique pour poursuivre sa double formation auprès de Jean-Claude Vanden Eynden (piano) et Jacqueline Fontyn (composition) au Conservatoire Royal de Bruxelles. Deux ans plus tard, il est admis en tant que pianiste à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth dont il sort gradué en 1992, nanti d’un diplôme de virtuosité avec grande distinction. 

Toujours soucieux de se perfectionner, il entame alors un doctorat à l’Indiana University School of Music à Bloomington (Etats-Unis) auprès d’Edward Auer (piano) et Donald Freund (composition).

Durant ses années d’études, Muhiddin Dürrüoğlu se distingue avant tout comme pianiste (Concours européen de piano 1991, Concours Nany Philippart 1992, Fondation Belge de la Vocation 1995, Prix J. et W. Pelemans attribué par l'Union belge des Compositeurs afin de souligner sa contribution à la diffusion du répertoire national) mais à partir de 1993, il commence également à se faire reconnaître en tant que compositeur: ses « Six Préludes » pour piano lui valent le Prix Arthur De Greef de l’Académie Royale des Beaux Arts, des Lettres et des Sciences de Belgique et « Contact » pour flûte et piano, la coupe de la création musicale de l’Académie de Lutèce à Paris. 
En 1996, il obtient le Prix Sabam pour « Contact 2 » au concours des Muizelhuiskoncerten et en 2000, il reçoit le Prix André Chevillion– Yvonne Bonnaud de la Fondation de France pour « Le Tourneur ». 
Deux de ses œuvres sont à nouveau primées lors de concours internationaux de composition: « Nebula » reçoit le Prix Irène Fuérison et « Varioactivité » le 2e Prix du concours de Hulste. 

Parallèlement, ses concerts en tant que pianiste le mènent dans un très grand nombre de pays d’Europe, d’Asie et d’Amériques. Parmi les festivals où il se produit, citons le Festival de Wallonie, Festival van Vlaanderen, Ars Musica, Festival Musiq3, Festival Midis-Minimes, Les Inattendues, Music Chapel Festival, Klara Festival, Festival musical de Lasne, Beethovenfest, Festival d’Istanbul, Lichfield, Festival en Vallée d’Olt, Lille Piano Festival…

Son répertoire s’étend de Bach aux compositeurs de nos jours. A l’automne 2019/2020, on le retrouve notamment dans le 5ème concerto de Beethoven « L’Empereur » ainsi que dans les doubles concertos d’Arnold et Shostakovich aux côtés de Frank Braley, Romain Leleu et l’Orchestre de Chambre de Wallonie.

Chambriste particulièrement apprécié, Muhiddin Dürrüoğlu compte parmi ses nombreux partenaires le clarinettiste Ronald Van Spaendonck et la violoncelliste Marie Hallynck avec lesquels il fonde en 2006 l’Ensemble Kheops, ensemble à géométrie variable réunissant des musiciens tels Ning Kam, Tatiana Samouil, Sophie Hallynck, Hervé Joulain, Lise Berthaud…
Ensemble, ils explorent les innombrables sentiers de la musique de chambre, élaborent des spectacles originaux, tout aussi à l’aise dans le répertoire classique que dans des programmes « cross-over » et assurent la direction artistique des Saisons Musicales de Seneffe, rendez-vous musical quadri-annuel se déroulant dans le magnifique domaine du Château.

Muhiddin Dürrüoğlu est Professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles, où il transmet sa passion pour la musique de chambre. Il est également régulièrement invité à donner des cours et masterclasses de piano aux Etats-Unis (Indiana University, Jacobs School of Music), en Belgique et en Turquie (Istanbul, Izmir, Ankara…).

Si Beethoven, Dohnanyi, Penderecki, Schnittke, Bernstein, Gershwin… sont autant de compositeurs qu’il a enregistrés pour les labels Fuga Libera, Pavane, Cyprès, Kalidisc, Talent, Megadisc et René Gailly, Muhiddin Dürrüoğlu a toujours laissé une place de choix au répertoire belge en gravant notamment des œuvres de Francis de Bourguignon, Arthur de Greef, Jacques Leduc, David Achenberg, Hao-Fu Zhang et Michel Lysight. 

Son dernier enregistrement, l’album « fugitives » publié chez Cyprès à l’automne 2019, est dédié à ses propres compositions, interprétées par l’ensemble Kheops. On l’y retrouve donc en tant que compositeur et pianiste. Si sa musique fait parfois référence à l’Orient (« Scènes d’Anatolie », « Footnotes »…), elle convie aussi les auditeurs à des voyages bien plus lointains, comme dans «Contact» ou « In memoriam ». 

site officiel
Ronald Van Spaendonck.jpg

Ronald Van Spaendonck

clarinette

Ronald Van Spaendonck.jpg

Ronald Van Spaendonck

clarinette

Né en 1970 en Belgique, Ronald Van Spaendonck est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes de sa génération.

En septembre 2000, il est choisi comme BBC New Generation Artist et est invité à se produire avec le BBC Scottish Symphony, BBC Philharmonic Orchestra et le BBC National Orchestra of Wales avec qui il fit ses débuts aux PROMS en juillet 2002.

Parmi les nombreuses récompenses internationales qui lui ont été attribuées, citons : Lauréat de l’European Youth Competition à Zürich, Premier prix du Concours International TROMP à Eindhoven, Premier prix du Concours International de Dos Hermanas (Séville) et Premier prix du Concours International pour Instruments à Vent A.Gi. Mus à Rome. Il est également lauréat « Juventus » (1991) et « Rising star » (1998).

Il a réalisé un nombre impressionnant d’enregistrements salués unanimement par la presse.

Conseiller artistique auprès de Buffet Crampon, « Gold Performing Artist » des anches Rico, Ronald Van Spaendonck est professeur de clarinette aux Conservatoires Royaux de Mons, de Bruxelles et, depuis octobre 2013, à l’Ecole Normale de Musique de Paris (Alfred Cortot). Il est également Professeur « Honoris Causa » au Conservatoire de Guangzhou (Chine).

site officiel
f0d27395dc0b18cb93d12490dfca7b58.jpg

Gaby Van Riet

flûte

f0d27395dc0b18cb93d12490dfca7b58.jpg

Gaby Van Riet

flûte

Premier prix du Concours national Belfius Classics, avec l’obtention des plus hautes notes toutes disciplines confondues, le jeune flûtiste Gilles Bréda se forge un avenir prometteur alors qu’il poursuit actuellement ses études dans la classe de Sophie Cherrier – soliste à l’Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez, professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Gilles Bréda a découvert la flûte à l’âge de onze ans. La musique est une véritable révélation pour lui, si bien qu’il se distingue rapidement dans le cadre de plusieurs concours tels que le Prix « Raymond Micha » et le Concours Luxembourgeois de l’UGDA.

Très vite, il est porté par de précieuses rencontres, faisant la connaissance de Vincent Cortvrint – piccolo solo de l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, Loïc Schneider – flûte solo de l’Orchestre de la Suisse Romande à Genève, et Davide Formisano – professeur à la Musikschule de Stuttgart.

En 2013, Gilles Bréda poursuit ses études dans la classe de Denis-Pierre Gustin – flûte solo à l’Orchestre National de Belgique, professeur à l’Institut de Musique et de Pédagogie à Namur. La même année, il remporte le Concours national « Belfius Classics », obtenant les plus hautes notes toutes disciplines confondues.

Repéré par Patrick Leterme, directeur musical, pianiste, compositeur et chef de chant, Gilles Bréda rejoint une formation orchestrale d’opéras pour enfants présentés dans le cadre des Festivals de Wallonie depuis 2014.​

En 2016, il intègre la prestigieuse classe de Sophie Cherrier – soliste à l’Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez, professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Du haut de ses vingt-deux ans, Gilles Bréda a déjà accumulé plusieurs expériences en tant que soliste, notamment avec l’Ensemble Scorzando – dirigé par Joseph Gilet, avec l’Orchestre Nuove Musiche – dirigé par Eric Lederhandler, et aussi avec l’Orchestre Sturm und Klang – dirigé par Thomas Van Haeperen, au Théâtre Royal de la Monnaie, à Bruxelles.

Dès 2017, Gilles Bréda rejoint l'orchestre Ostinato – orchestre d'insertion et de promotion de jeunes musiciens de haut niveau, et joue à plusieurs reprises au sein de l'Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez, à la Philharmonie de Paris. Aussi, il effectue un remplacement à l’Opéra de la Monnaie, à Bruxelles.

Au travers de ces multiples expériences, Gilles Bréda se construit une personnalité musicale très riche, mêlant finesse, pureté, et une sensibilité naturelle qui le caractérise depuis ses prémices.

site officiel

Prochaines dates

PRINTEMPS 29 mars 2020
ÉTÉ 21 juin 2020
AUTOMNE 18 octobre 2020
HIVER 20 décembre 2020

Production : asbl music'Arte

avec le soutien de