Dimanche 27 mars 2022

14h30 Petit Théâtre

L’école belge de harpe

Un héritage tourné vers le futur

 

CONCERT - CONFÉRENCE 

par

Sophie HALLYNCK et ses étudiantes
Aurore Geraerts, Juliette Gautier Anke de Gersem 

La Wallonie, pays de tradition… 
Qui sait encore le rôle déterminant joué par les Wallons dans le développement de l’art de la harpe ?
Félix Godefroid, François-Joseph Dizi, Alphonse Hasselmans... Sophie Hallynck nous relatera le parcours de ces destins extraordinaires qui ont marqué des générations de harpistes et proposera à l’écoute certaines de leurs oeuvres interprétées par de jeunes artistes de chez nous. 

 

16h30 Orangerie

Chostakovitch - Saint-Saëns

par 

Muhiddin DÜRRÜOGLU piano

Michaël TAMBOUR trompette

et

l’ENSEMBLE KHEOPS

Ronald Van Spaendonck clarinette,
Ayako Tanaka & Choha Kim violons, Hélène Desaint alto,
Marie Hallynck violoncelle, Philippe Cormann contrebasse

C. Saint-Saëns  Sonate op.167 pour clarinette et piano

Allegretto - Allegro animato - Lento - Molto allegro|Allegretto

 

C. Saint-Saëns  Septuor en mi b majeur op.65 pour piano, trompette et cordes

Préambule (Allegretto moderato) - Menuet (Tempo di minuetto moderato) - Intermède (Andante) - Gavotte et Final (Allegro non troppo)

*** 

D. Chostakovitch  Concerto pour piano, trompette et cordes en do mineur op.35

Allegretto - Lento - Moderato - Allegro con brio

Kheops ensemble.jpg

Ensemble Kheops

Kheops ensemble.jpg

Ensemble Kheops

« Tous les musiciens sont au diapason pour porter la pièce aux sommets de la musique et de l’intensité. » (PJ Tribot, Resmusica)

Fondé par trois musiciens belges reconnus sur la scène internationale - Marie Hallynck, violoncelliste, Ronald Van Spaendonck, clarinettiste, et Muhiddin Dürrüoglu, pianiste et compositeur - Kheops a vu le jour en 2006. Avec la harpiste Sophie Hallynck, ils forment désormais le « carré de base » de cet ensemble à géométrie variable.

L’ensemble s’est rapidement hissé parmi les ensembles incontournables de la scène musicale et se produit dans des salles comme Bozar, le Théâtre de la Ville à Paris, Flagey, le Sureyya Operasi d’Istanbul, le Beethovenfest, la Philharmonie du Luxembourg, la Filature à Mulhouse, la Salle Philharmonique de Liège, ainsi qu’en Chine, en Italie, au Royaume-Uni, au Festival des Forêts, au Festival de Wallonie, au Festival van Vlaanderen pour ne citer qu’eux.

Le répertoire de Kheops est vaste, allant de Bach aux compositeurs d’aujourd’hui

et les musiciens de l’ensemble collaborent également régulièrement avec des artistes de différents horizons pour la création de spectacles originaux (The Blue Path avec Steve Houben, Mr Croche, antidilettante avec Patrick Leterme, des spectacles jeune public avec Bruno Coppens...).

Ses enregistrements discographiques ont été unanimement salués par la presse spécialisée.

L’ensemble Kheops bénéficie du soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

site officiel
Sophie Hallynck.jpg

Sophie Hallynck

harpe

Sophie Hallynck.jpg

Sophie Hallynck

harpe

Formée par Francette Bartholomée au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles, Sophie Hallynck se perfectionne au Conservatoire National Supérieur de musique de Paris dans la classe de Marie-Claire Jamet. Sophie Hallynck est lauréate des Concours internationaux de Spotorno en Italie et « Arpista Ludovico » de Madrid, lauréate de la Fondation Belge de la Vocation et est également récompensée par l’obtention du prix « Pelemans » pour sa contribution à la diffusion du répertoire musical Belge.

A l’âge de 21 ans elle obtient le poste de harpiste solo de l’Opéra Royal de Wallonie (Liège) fonction qu’elle quittera quelques années plus tard pour se consacrer à ses activités de concertiste et de pédagogue. Elle devient alors professeur au Koninklijk Vlaams Conservatorium (conservatoire supérieur) d’Anvers (poste qu’elle quitte en 2017) et à l’IMEP (institut supérieur de musique et de pédagogie) à Namur où elle enseigne actuellement la harpe et la musique de chambre aux futurs professionnels.

Sophie Hallynck est invitée à se produire comme soliste avec de nombreux orchestres : Collegium Brugense, Prima la Musica, Orchestre de Chambre de Wallonie, Orchestre de chambre de St. Petersbourg, het Vlaams Symfonisch Orkest, Jeune Philharmonie, Opéra Royal de Wallonie, I Fiamminghi, De Filharmonie, l’Orchestre philarmonique de Liège, La petite bande, Kiev chamber orchestra, l’orchestre de la chapelle musicale de Tournai, le Kiev Philharmonic Chamber Orchestra dans les concertos de Mozart, Haëndel, Rota, Rodrigo, Debussy, Jongen, Gossec, Craens, Janssen, Constant, Lutoslawski, Frank Martin...

Sophie Hallynck est présidente de l’Association « la harpe mosane » et du concours international de harpe Félix Godefroid.

site officiel
Anke De Gersem.jpg

Anke De Gersem

harpe

Anke De Gersem.jpg

Anke De Gersem

harpe

La carrière musicale de Anke commence très tôt : elle se met à jouer du violon alors qu'elle n'a que trois ans. Après quelques années passées à expérimenter l'apprentissage d’autres instruments comme le piano, elle finit enfin par trouver l’instrument vers lequel son cœur la guide : la harpe. Alors âgée de neuf ans, elle prend des cours chez Annemie Neuhard et Eva Verheyen à l’académie de Leuven. En parallèle à ces cours, elle a l'occasion de jouer avec plusieurs orchestres de jeunes, des chœurs et différents groupes de musique de chambre. En plus de cela, Anke participe très régulièrement à des stages de musique et des masterclasses. En 2019, elle obtient un diplôme avec la plus grande distinction à l’académie, ce qui la guide vers la classe de harpe de Sophie Hallynck à l’IMEP (Institut de musique et de pédagogie de Namur). Là-bas, elle y prépare plusieurs auditions d’orchestre et concours internationaux de harpe.

Juliette Gautier.jpeg

Juliette Gauthier

harpe

Juliette Gautier.jpeg

Juliette Gauthier

harpe

La carrière musicale de Anke commence très tôt : elle se met à jouer du violon alors qu'elle n'a que trois ans. Après quelques années passées à expérimenter l'apprentissage d’autres instruments comme le piano, elle finit enfin par trouver l’instrument vers lequel son cœur la guide : la harpe. Alors âgée de neuf ans, elle prend des cours chez Annemie Neuhard et Eva Verheyen à l’académie de Leuven. En parallèle à ces cours, elle a l'occasion de jouer avec plusieurs orchestres de jeunes, des chœurs et différents groupes de musique de chambre. En plus de cela, Anke participe très régulièrement à des stages de musique et des masterclasses. En 2019, elle obtient un diplôme avec la plus grande distinction à l’académie, ce qui la guide vers la classe de harpe de Sophie Hallynck à l’IMEP (Institut de musique et de pédagogie de Namur). Là-bas, elle y prépare plusieurs auditions d’orchestre et concours internationaux de harpe.

Aurore Geraerts.jpg

Aurore Geraerts

harpe

Aurore Geraerts.jpg

Aurore Geraerts

harpe

Tout commence à l'âge de 9 ans, lorsqu'une petite dolhaintoise décide d'écouter un disque de musique de Noël. Et là, c'est le déclic : le son de cet instrument si angélique qu'est la harpe a réveillé une passion chez la petite fille. Tout naturellement, elle se dirige vers le conservatoire de Verviers où elle y joue ses premières notes. Cependant, c'est après de nombreuses prestations scéniques et son arrivée à l'académie de Welkenraedt avec Anaelle Ziadi comme professeure que l'envie de faire de la harpe son métier devient une possibilité dans l'esprit de la jeune femme. Quelques années plus tard, Aurore se dirige vers l'Institut de Musique et de Pédagogie de Namur (IMEP) où elle est admise dans la classe de Sophie Hallynck après avoir réussi son examen d'entrée en juin 2020. Parallèlement à ses études musicales, Aurore décide de continuer l'approfondissement des langues qu'elle chérit en entamant un double cursus en langues germaniques à l'université de Namur dès l'année suivante.

muhiddin-durruoglu.jpg

Muhiddin Dürrüoglu

piano

muhiddin-durruoglu.jpg

Muhiddin Dürrüoglu

piano

Pianiste, compositeur, pédagogue, Muhiddin Dürrüoğlu est avant tout un musicien incroyablement attachant, doté d’une personnalité artistique hors du commun. 

Remarqué dès son plus jeune âge pour sa créativité et ses dispositions instrumentales exceptionnelles, il est admis à onze ans dans la classe de l’éminent pédagogue Kamuran Gündemir au Conservatoire d’Ankara. Muhiddin Dürrüoğlu donne ses premiers concerts dès la première année, mêlant avec bonheur les œuvres du grand répertoire à ses premiers essais en tant que compositeur.

Trois ans plus tard, il est admis en licence et a la chance d’intégrer la classe d’Ilhan Baran, compositeur ayant étudié à Paris avec Henri Dutilleux qui deviendra vite son mentor. Celui-ci lui enseigne avec minutie et passion la composition et la théorie musicale au sens large du terme.  

Ayant obtenu sa licence au Conservatoire d’Ankara dès ses 18 ans, Muhiddin Dürrüoğlu s’installe en Belgique pour poursuivre sa double formation auprès de Jean-Claude Vanden Eynden (piano) et Jacqueline Fontyn (composition) au Conservatoire Royal de Bruxelles. Deux ans plus tard, il est admis en tant que pianiste à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth dont il sort gradué en 1992, nanti d’un diplôme de virtuosité avec grande distinction. 

Toujours soucieux de se perfectionner, il entame alors un doctorat à l’Indiana University School of Music à Bloomington (Etats-Unis) auprès d’Edward Auer (piano) et Donald Freund (composition).

Durant ses années d’études, Muhiddin Dürrüoğlu se distingue avant tout comme pianiste (Concours européen de piano 1991, Concours Nany Philippart 1992, Fondation Belge de la Vocation 1995, Prix J. et W. Pelemans attribué par l'Union belge des Compositeurs afin de souligner sa contribution à la diffusion du répertoire national) mais à partir de 1993, il commence également à se faire reconnaître en tant que compositeur: ses « Six Préludes » pour piano lui valent le Prix Arthur De Greef de l’Académie Royale des Beaux Arts, des Lettres et des Sciences de Belgique et « Contact » pour flûte et piano, la coupe de la création musicale de l’Académie de Lutèce à Paris. 
En 1996, il obtient le Prix Sabam pour « Contact 2 » au concours des Muizelhuiskoncerten et en 2000, il reçoit le Prix André Chevillion– Yvonne Bonnaud de la Fondation de France pour « Le Tourneur ». 
Deux de ses œuvres sont à nouveau primées lors de concours internationaux de composition: « Nebula » reçoit le Prix Irène Fuérison et « Varioactivité » le 2e Prix du concours de Hulste. 

Parallèlement, ses concerts en tant que pianiste le mènent dans un très grand nombre de pays d’Europe, d’Asie et d’Amériques. Parmi les festivals où il se produit, citons le Festival de Wallonie, Festival van Vlaanderen, Ars Musica, Festival Musiq3, Festival Midis-Minimes, Les Inattendues, Music Chapel Festival, Klara Festival, Festival musical de Lasne, Beethovenfest, Festival d’Istanbul, Lichfield, Festival en Vallée d’Olt, Lille Piano Festival…

Son répertoire s’étend de Bach aux compositeurs de nos jours. A l’automne 2019/2020, on le retrouve notamment dans le 5ème concerto de Beethoven « L’Empereur » ainsi que dans les doubles concertos d’Arnold et Shostakovich aux côtés de Frank Braley, Romain Leleu et l’Orchestre de Chambre de Wallonie.

Chambriste particulièrement apprécié, Muhiddin Dürrüoğlu compte parmi ses nombreux partenaires le clarinettiste Ronald Van Spaendonck et la violoncelliste Marie Hallynck avec lesquels il fonde en 2006 l’Ensemble Kheops, ensemble à géométrie variable réunissant des musiciens tels Ning Kam, Tatiana Samouil, Sophie Hallynck, Hervé Joulain, Lise Berthaud…
Ensemble, ils explorent les innombrables sentiers de la musique de chambre, élaborent des spectacles originaux, tout aussi à l’aise dans le répertoire classique que dans des programmes « cross-over » et assurent la direction artistique des Saisons Musicales de Seneffe, rendez-vous musical quadri-annuel se déroulant dans le magnifique domaine du Château.

Muhiddin Dürrüoğlu est Professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles, où il transmet sa passion pour la musique de chambre. Il est également régulièrement invité à donner des cours et masterclasses de piano aux Etats-Unis (Indiana University, Jacobs School of Music), en Belgique et en Turquie (Istanbul, Izmir, Ankara…).

Si Beethoven, Dohnanyi, Penderecki, Schnittke, Bernstein, Gershwin… sont autant de compositeurs qu’il a enregistrés pour les labels Fuga Libera, Pavane, Cyprès, Kalidisc, Talent, Megadisc et René Gailly, Muhiddin Dürrüoğlu a toujours laissé une place de choix au répertoire belge en gravant notamment des œuvres de Francis de Bourguignon, Arthur de Greef, Jacques Leduc, David Achenberg, Hao-Fu Zhang et Michel Lysight. 

Son dernier enregistrement, l’album « fugitives » publié chez Cyprès à l’automne 2019, est dédié à ses propres compositions, interprétées par l’ensemble Kheops. On l’y retrouve donc en tant que compositeur et pianiste. Si sa musique fait parfois référence à l’Orient (« Scènes d’Anatolie », « Footnotes »…), elle convie aussi les auditeurs à des voyages bien plus lointains, comme dans «Contact» ou « In memoriam ». 

site officiel
Michael Tambour.jpeg

Michaël Tambour

trompette

Michael Tambour.jpeg

Michaël Tambour

trompette

Michaël Tambour, né à Bruxelles le 8 octobre 1983, étudie la trompette aux académies d’Anderlecht et de Chênée où il obtient la médaille du gouvernement à l’âge de 12 ans.
A 16 ans, il entre au Conservatoire royal de Musique de Liège et obtient, d’emblée, un 1er prix de solfège et un 1er prix de trompette avec grande distinction.
En juin 2004, il obtient le diplôme supérieur de trompette à l’unanimité du jury avec grande distinction et un premier prix de musique de chambre avec distinction.
Michaël se perfectionne ensuite avec des trompettistes de renommée internationale tels que, Pierre Thibaud, Matthias Höfs, Reinhold Friedrich, Manu Mellaerts, Hans Gansch, Vladimir Kafelnikov, Bob Kase, Claudio Roditi, etc…
A 12 ans il est engagé comme soliste à la squadra d’Anvers dans l’opéra « Cinderella » de P. M. Davis et depuis il est régulièrement demandé dans de nombreux orchestres tels que le Théâtre Royal de la Monnaie, l’opéra des Flandres, L’opéra Royal de Wallonie, l’orchestre Royal Philharmonique de Liège, l’orchestre de chambre de Wallonie etc…
De 1997 à 2002, il fait partie du quatuor de trompettes MTDM qui s’est produit en Belgique et à l’étranger : France, Allemagne, Italie (à la « Fenice » à Venise).
En 2001, il est engagé dans le corps de trompettes du Grand Orchestre d’Harmonie du 1er Régiment des Guides avec lequel il se produit régulièrement en Belgique et à l’étranger. En mai 2007, il devient soliste du corps de trompettes des Guides
En février 2012 il réussit l’audition de trompette pour la Musique Royale de la Force Aérienne et en février 2013 il y devient 1er soliste. Michaël se diversifie et est reconnu aussi bien dans le monde de la musique Baroque que dans le Jazz ou la Variété.
Depuis janvier 2004, il fait partie du trio Lamibé Tromba
Depuis 2005, il fait partie du groupe de Cover « Soul Factory »
Depuis 2010, il fait partie du groupe de Salsa « Mucho Gusto »
Depuis 2011, il fait partie de « l’Ensemble de Cuivres de Belgique » avec lequel il a été notamment invité au Japon en Juin 2015 et 2018 ainsi qu’en Corée du Sud en 2019 pour des séries de concerts.
De 2012 à 2016, il est professeur de trompette à l’académie de Beloeil.
Depuis 2016 il est professeur de trompette à l’académie de Frameries.
En juillet 2018 Michael devient Adjudant-Chef, Chef de pupitre des cuivres de la Musique Royale de la Force Aérienne.

Ronald Van Spaendonck.jpg

Ronald Van Spaendonck

clarinette

Ronald Van Spaendonck.jpg

Ronald Van Spaendonck

clarinette

Né en 1970 en Belgique, Ronald Van Spaendonck est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes de sa génération.

En septembre 2000, il est choisi comme BBC New Generation Artist et est invité à se produire avec le BBC Scottish Symphony, BBC Philharmonic Orchestra et le BBC National Orchestra of Wales avec qui il fit ses débuts aux PROMS en juillet 2002.

Parmi les nombreuses récompenses internationales qui lui ont été attribuées, citons : Lauréat de l’European Youth Competition à Zürich, Premier prix du Concours International TROMP à Eindhoven, Premier prix du Concours International de Dos Hermanas (Séville) et Premier prix du Concours International pour Instruments à Vent A.Gi. Mus à Rome. Il est également lauréat « Juventus » (1991) et « Rising star » (1998).

Il a réalisé un nombre impressionnant d’enregistrements salués unanimement par la presse.

Conseiller artistique auprès de Buffet Crampon, « Gold Performing Artist » des anches Rico, Ronald Van Spaendonck est professeur de clarinette aux Conservatoires Royaux de Mons, de Bruxelles et, depuis octobre 2013, à l’Ecole Normale de Musique de Paris (Alfred Cortot). Il est également Professeur « Honoris Causa » au Conservatoire de Guangzhou (Chine).

site officiel
Ayako Tanaka.jpg

Ayako Tanaka

violon

Ayako Tanaka.jpg

Ayako Tanaka

violon

Ayako Tanaka, originaire d’Osaka au Japon, a été formée en Europe par Tibor Varga, Peter Csaba et Pavel Vernikov. Admise au CNSM* de Lyon, elle y obtient un premier prix à l’unanimité avec la mention Très Bien et les félicitations du jury. En 1995 elle remporte le premier prix à l’unanimité du Concours International Rovere d’Oro.
 
De 1997 à 2007, elle tient le poste de premier violon du Quatuor Psophos qui a remporté plusieurs prix internationaux, dont le Premier Grand Prix du Concours International de Quatuor à Cordes de Bordeaux et quatre prix spéciaux.
 
De 2009 à 2017, elle occupe le poste de co-soliste de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Myung-Whun Chung. Elle vient d’être nommée supersoliste de l’orchestre National de Lille. Actuellement assistante de Philippe GRAFFIN au CNSM de Paris, elle enseigne également à l'école supérieure musique et danse Nord de France.
 
Ayako Tanaka joue un violon Niccolo Amati de 1628 prêté par deux donateurs anonymes.

site officiel
IMG_2895-copie.jpg

Choha Kim

violon

IMG_2895-copie.jpg

Choha Kim

violon

Choha Kim a commencé ses études de violon à Séoul. Dans son pays natal, elle s'est produite en tant que soliste avec l'Orchestre Philharmonique de Séoul et a remporté de nombreux concours, dont un prix et une bourse du ministère de la Culture en Corée. 

Chambriste passionnée, Choha a été artiste en résidence au « Banff Centre » au Canada et a été invitée au « Norfolk Chamber Music FestivalElle a participé a un concert-conférence à la Philharmonie de Luxembourg avec Jean-François Zygel. Interprète polyvalente du répertoire classique et contemporain, elle a effectué une tournée en Allemagne avec le « Lucerne Festival Alumni Ensemble », avec Helmut Lachenmann et Riccardo Chailly. Elle a été invitée au Festival Messiaen au Pays de la Meije, à la « Traiettorie » de Parme, au Festival Lammermuir à Edimbourg et au Grand Palais à Paris.

Choha est titulaire d'un baccalauréat en musique du Curtis Institute of Music où elle a étudié avec Joseph Silverstein, Shmuel Ashkenasi et Victor Danchenko. Elle a obtenu ensuite une maîtrise en musique à la Yale School of Music, remportant le prix Broadus Erle. Elle a terminé le master et le diplôme d’artiste interprète contemporain au CNSMD de Paris en 2019. Choha est violon co-soliste à l'orchestre national de Lille depuis 2020. Elle a précédemment été co-soliste des 2e violons à l'orchestre philharmonique du Luxembourg entre 2016 et 2019.

Helene-Desaint-04-Web.jpg

Hélène Desaint

alto

Helene-Desaint-04-Web.jpg

Hélène Desaint

alto

Nouvelle voix de l’alto français, Hélène Desaint vit la musique dans la rencontre et le partage, avec tout ce qu’ils portent en eux d’exigence et de satisfaction. Autant d’expériences riches en apprentissages et en exploration de soi et de l’instrument – un Giuseppe Sgarbi de 1882 prêté par un mécène allemand –, dans lesquelles la jeune altiste rayonne.

Inspirée par le dialogue avec interprètes et compositeurs, Hélène Desaint se trouve naturellement portée vers la musique de chambre et le répertoire contemporain – deux chemins qu’elle s’est frayés dès ses années de formation. Après des débuts à Paris puis à Gennevilliers, elle entre au CNSMD de Lyon, où elle s’inscrit dans de nombreux projets et collaborations autour de la musique d’aujourd’hui. La suite de son parcours – la Musikhochschule de Lübeck puis la Haute École de musique de Genève, où elle obtient un master de soliste en 2011 – est fortement marquée par l’enseignement de Miguel Da Silva. La résidence à la Chapelle musicale Reine Elisabeth, qu’elle clôt par l’enregistrement d’un disque Schumann/Kurtág à paraître en 2018 (Fuga libera), lui a offert, toujours sous la houlette de son maître, de nouvelles et fructueuses rencontres musicales.

Hélène Desaint participe à de nombreux programmes accueillis par les festivals de l’Orangerie de Sceaux, de Saintes, de Flagey, de Savonlinna, de La Roque d’Anthéron, Musikfest Goslar, Musiques démesurées, Musique à l’Empéri, Musica, Grame ou Présence, où elle se produit avec, entre autres, Augustin Dumay, Louis Lortie, Gary Hoffman.

Elle est aussi membre depuis trois ans de l’Ensemble 2e2m, au sein duquel elle s’attache à défendre le répertoire moderne et contemporain. Elle crée notamment, dans le cadre du festival Présence 2008, les Trois Strophes pour Patrice Lumumba de Bernard Cavanna pour alto solo et ensemble, qui lui sont dédiées et donnent lieu à un disque æon. Cette année 2018 verra la parution d’un film d’Alain Fleischer d’un quatuor de Reich, sélectionné en compétition officielle au Festival du film sur l’art de Montréal.

Depuis la saison 2011-2012, l’Orchestre de chambre d’Auvergne lui confie le poste d’alto solo. Elle s’est récemment produite en soliste avec Ars Nova à la Philharmonie de Paris et avec l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne.

Hélène Desaint a été distinguée dans la Génération Spedidam 2015, et a bénéficié de la reconnaissance et du soutien de Mécénat Musical Société Générale (2009) et de l’Adami (2010).

site officiel
Marie Hallynck.jpg

Marie Hallynck

violoncelle

Marie Hallynck.jpg

Marie Hallynck

violoncelle

Lauréate du célèbre tournoi Eurovision en 1992 et de l’association Juventus en 1996, élue « Rising Star » par le réseau Echo en 2001 et « Musicienne de l’année » par la presse musicale belge en 2002, Marie Hallynck entame très jeune une carrière internatio- nale, se produisant avec des orchestres comme l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre Philharmonique de Saint-Petersbourg, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de Lille, le Hong Kong Chinese Orchestra... dans des salles aussi prestigieuses que le Concertgebouw d’Amsterdam, le Musikverein de Vienne, Wigmore Hall de Londres, le Théâtre de la Ville et la Cité de la Musique à Paris, le Palais des Beaux- Arts de Bruxelles, les Philharmonies de Berlin et Cologne pour ne citer qu’elles.

Ses nombreux enregistrements disco- graphiques, dont le dernier paru chez Warner Classics où elle interprète le concerto de Dirk Brossé en soliste avec le London Symphony Orchestra lui ont valu les plus hautes récompenses dans la presse spécialisée.

Parallèlement à ses activités de concerts, Marie Hallynck enseigne au Conservatoire Royal de Bruxelles et est invitée à siéger parmi les membres du jury de concours internationaux (ARD Münich, CMIREB 2017).Elle joue sur un violoncelle de Matteo Goffriller (1717).

site officiel
Philippe Cormann.jpg

Philippe Cormann

contrebasse

Philippe Cormann.jpg

Philippe Cormann

contrebasse

Philippe Cormann, lauréat du Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles en contrebasse et en musique de chambre, commence sa carrière au sein de l’ Opéra  Royal de Wallonie.
Il est ensuite successivement membre de l’Orchestre Symphonique de la RTBF, de l’ensemble I Fiamminghi et l’ensemble Musiques Nouvelles.
Il fonde avec Pierre Brunello, pianiste, le Duo Arpeggione et sera contrebassiste de l ensemble Soledad durant plusieurs années.
Il participe à de nombreux projets culturels sans frontières de style ni de genre et se définit plutôt comme « itinérant ».
Philippe Cormann est actuellement professeur de contrebasse au Conservatoire Royal de Musique de Mons et contrebassiste au sein de l’ Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.

Prochaines dates


ÉTÉ 3 juillet 2022
AUTOMNE 9 octobre 2022
HIVER 18 décembre 2022
 

Production : asbl music'Arte

avec le soutien de