Dimanche 20 octobre 2019

Une journée qui restera certainement gravée dans les mémoires... L’Ensemble Kheops est heureux d’accueillir à l’Orangerie deux grands Maîtres d’exception : Jean-Claude Vanden Eynden et José van Dam.
Ce dernier chantera Brel, Brassens et... Gardel tandis que l’ensemble Kheops vous fera frissonner au Petit Théâtre.
 Une journée à réserver sans tarder!

14h30 à l'Orangerie

Récital de piano

par Jean-Claude Vanden Eynden

On ne présente plus Jean-Claude Vanden Eynden... près d’un demi-siècle de carrière internationale a conforté ce pianiste d’exception dans son art et sa maîtrise. S’il est un merveilleux chambriste admiré par ses partenaires, il n’en pas moins un soliste hors pair dont chaque prestation est une véritable leçon de style et de virtuosité.

Au programme :
L. van Beethoven Sonate en mi b majeur opus 31 n°3
C. Debussy Estampes
M. Ravel La Valse

16h30 au Petit Théâtre

Le masque de la mort rouge

par l’Ensemble Kheops
Sophie Hallynck harpe, Ning Kam & Alice Sinacori violons, Hélène Desaint alto,

Marie Hallynck violoncelle, Ronald Van Spaendonck clarinette

&

Vincent Dujardin récitant

Edgar Allan Poe – écrivain et poète américain – meurt en 1849 à l’âge de 40 ans, ravagé par l’alcool et la drogue. Peu apprécié dans son pays, il trouvera grâce aux yeux de Stéphane Mallarmé et surtout de Charles Baudelaire. Ce dernier, par ses traductions inspirées, lancera une sorte de culte d’Edgar Poe en Europe qui durera jusqu’après la première Guerre Mondiale. Parmi les artistes subjugués par la littérature d’Edgar Poe, on trouve de nombreux compositeurs anglais et français, notamment Claude Debussy et André Caplet dont l’adaptation du « Masque de la mort rouge » pour harpe et quatuor à cordes nous fait passer de l’autre côté du miroir....

Au programme :

C. Debussy
Danses sacrée et profane pour harpe et quatuor à cordes

G. Pierné
Canzonetta pour clarinette et harpe

A. Caplet
Conte fantastique pour harpe, quatuor à cordes et récitant

 

 

Ce concert étant complet, une entrée au Château-Musée sera offerte à l'achat d'un "pass journée".

Complet

18h30 à l'Orangerie

Chansons d'Automne

par José van Dam, baryton
Jean-Louis Rassinfosse, contrebasse & Jean-Philippe Collard-Neven, piano

Après les Adieux qu’il fit à la scène internationale d’opéra en 2010, José van Dam nous offre, avec la complicité de deux musiciens d’exception, une escapade vers des contrées musicales inattendues. Il nous convie aujourd’hui dans son intimité au travers des sons du tango et des plus belles chansons françaises qui ont toujours accompagné sa vie. Nous savourons des textes qui parlent d’amour, des mélodies empruntes de simplicité, quelques notes pour tout dire...

 

cover_Chansons d'automne.jpg

Au programme :
Musiques de Brel, Brassens, Gardel...

Les Artistes

Jean-Claude Vanden Eyden.jpg

Jean-Claude Vanden Eynden

piano

Jean-Claude Vanden Eyden.jpg

Jean-Claude Vanden Eynden

piano

Jean-Claude Vanden Eynden n’a que 16 ans lorsqu’il est proclamé lauréat au Concours Musical international Reine Elisabeth de 1964. C’est l’un des plus jeunes lauréats jamais élu. Cette précieuse distinction marque le coup d’envoi d’une brillante carrière qui le mène dans les plus belles salles du monde et les festivals les plus réputés. 

Soliste hors pair, il est acclamé de New York à Tokyo. Nombreux sont les orchestres symphoniques et les orchestres de chambres  qui l’invitent. Ainsi, très vite, Jean-Claude Vanden Eynden collabore avec des chefs prestigieux. 
Il est également un merveilleux chambriste, admiré par ses pairs, qui joue avec des partenaires belges et internationaux de tout premier plan. Sensible, attentif et toujours à l’écoute des autres, ses concerts en musique de chambre sont un régal pour l’oreille et la vue. 

Près d’un demi-siècle de carrière internationale a conforté ce pianiste d’exception  dans son art et sa maîtrise. Son répertoire, vaste et impressionnant, comprend presque tous les grands concertos, un large éventail de pièces de musique de chambre et surtout, l’intégrale des oeuvres pour piano seul de Maurice Ravel. 

site officiel
Sophie Hallynck.jpg

Sophie Hallynck

harpe

Sophie Hallynck.jpg

Sophie Hallynck

harpe

Formée par Francette Bartholomée au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles, Sophie Hallynck se perfectionne au Conservatoire National Supérieur de musique de Paris dans la classe de Marie-Claire Jamet. Sophie Hallynck est lauréate des Concours internationaux de Spotorno en Italie et « Arpista Ludovico » de Madrid, lauréate de la Fondation Belge de la Vocation et est également récompensée par l’obtention du prix « Pelemans » pour sa contribution à la diffusion du répertoire musical Belge.

A l’âge de 21 ans elle obtient le poste de harpiste solo de l’Opéra Royal de Wallonie (Liège) fonction qu’elle quittera quelques années plus tard pour se consacrer à ses activités de concertiste et de pédagogue. Elle devient alors professeur au Koninklijk Vlaams Conservatorium (conservatoire supérieur) d’Anvers (poste qu’elle quitte en 2017) et à l’IMEP (institut supérieur de musique et de pédagogie) à Namur où elle enseigne actuellement la harpe et la musique de chambre aux futurs professionnels.

Sophie Hallynck est invitée à se produire comme soliste avec de nombreux orchestres : Collegium Brugense, Prima la Musica, Orchestre de Chambre de Wallonie, Orchestre de chambre de St. Petersbourg, het Vlaams Symfonisch Orkest, Jeune Philharmonie, Opéra Royal de Wallonie, I Fiamminghi, De Filharmonie, l’Orchestre philarmonique de Liège, La petite bande, Kiev chamber orchestra, l’orchestre de la chapelle musicale de Tournai, le Kiev Philharmonic Chamber Orchestra dans les concertos de Mozart, Haëndel, Rota, Rodrigo, Debussy, Jongen, Gossec, Craens, Janssen, Constant, Lutoslawski, Frank Martin...

Sophie Hallynck est présidente de l’Association « la harpe mosane » et du concours international de harpe Félix Godefroid.

site officiel
Ning Kam.jpg

Ning Kam

violon

Ning Kam.jpg

Ning Kam

violon

Acclamée par le Magazine Strad comme une forte personnalité artis- tique, la violoniste singapourienne Ning Kam s’est produite un peu partout dans le monde aussi bien comme soliste que chambriste. Elle a remporté le deuxième Prix au Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique en 2001 et a gagné en même temps le Prix du Public de la « Vlaamse Radio en Televisie ». Elle a joué sous la baguette de chefs réputés comme Yehudi Menuhin, Lorin Maazel, Okko Kamu, Lan Shui, Louis Langrée et Steven Smith avec des orchestres mondiaux prestigieux dont « the Cleveland Orchestra », « National Orchestra of Belgium »,« City of London Sinfonia », « Singapore Symphony » ou le « Malaysian Philharmonic Orchestra ».

Passionnée de musique de chambre, Ning a eu comme partenaires, parmi d’autres, Yehudi Menuhin, Patricia Kopatchinskaja, Francis Kam, Liebrecht Vanbeckevoort ainsi que Marie Hallynck,  violoncelliste avec laquelle elle se produit régulièrement au sein de l’en- semble Kheops, ensemble à géométrie variable qui explore les innombrables sentiers de la musique de chambre.

Entre 2011 et 2017, Ning fut Directeur Artistique du Het Kamerorkest Brugge, un ensemble sans chef d’orchestre essentiellement concentré sur la musique des 20ème et 21ème siècles. Comme chef d’orchestre invitée, elle a aussi orienté et dirigé des orchestres comme la « Rheinische Philharmonie Koblenz », « Symfonieorkest van Vlaanderen » et le « Re:Sound Collective in Singapore ».

En 2002, à l’occasion de l’inauguration de « The Esplanade Concert Hall on the Bay at Singapore », Ning a joué avec la violoniste Sarah Chang et fut invitée comme soliste en 2009 par le Président de Singapour pour la fête du « President’s Command Performance » .

Ning a réalisé des enregistrements pour les labels Cyprès, Etcetera et Meridian Records UK.

Bien que musicienne classique, elle explore avec plaisir d’autres genres musicaux. Avec le violoncelliste Sébastien Walnier et la contrebassiste Lisa De Boos, elle forme le trio Loco Motive, un ensemble de « bluegrass, jazz et funk ».

Depuis septembre 2017, Ning est Professeur de violon au Conservatoire Royal de Bruxelles.

site officiel
Helene-Desaint-04-Web.jpg

Hélène Desaint

alto

Helene-Desaint-04-Web.jpg

Hélène Desaint

alto

Nouvelle voix de l’alto français, Hélène Desaint vit la musique dans la rencontre et le partage, avec tout ce qu’ils portent en eux d’exigence et de satisfaction. Autant d’expériences riches en apprentissages et en exploration de soi et de l’instrument – un Giuseppe Sgarbi de 1882 prêté par un mécène allemand –, dans lesquelles la jeune altiste rayonne.

Inspirée par le dialogue avec interprètes et compositeurs, Hélène Desaint se trouve naturellement portée vers la musique de chambre et le répertoire contemporain – deux chemins qu’elle s’est frayés dès ses années de formation. Après des débuts à Paris puis à Gennevilliers, elle entre au CNSMD de Lyon, où elle s’inscrit dans de nombreux projets et collaborations autour de la musique d’aujourd’hui. La suite de son parcours – la Musikhochschule de Lübeck puis la Haute École de musique de Genève, où elle obtient un master de soliste en 2011 – est fortement marquée par l’enseignement de Miguel Da Silva. La résidence à la Chapelle musicale Reine Elisabeth, qu’elle clôt par l’enregistrement d’un disque Schumann/Kurtág à paraître en 2018 (Fuga libera), lui a offert, toujours sous la houlette de son maître, de nouvelles et fructueuses rencontres musicales.

Hélène Desaint participe à de nombreux programmes accueillis par les festivals de l’Orangerie de Sceaux, de Saintes, de Flagey, de Savonlinna, de La Roque d’Anthéron, Musikfest Goslar, Musiques démesurées, Musique à l’Empéri, Musica, Grame ou Présence, où elle se produit avec, entre autres, Augustin Dumay, Louis Lortie, Gary Hoffman.

Elle est aussi membre depuis trois ans de l’Ensemble 2e2m, au sein duquel elle s’attache à défendre le répertoire moderne et contemporain. Elle crée notamment, dans le cadre du festival Présence 2008, les Trois Strophes pour Patrice Lumumba de Bernard Cavanna pour alto solo et ensemble, qui lui sont dédiées et donnent lieu à un disque æon. Cette année 2018 verra la parution d’un film d’Alain Fleischer d’un quatuor de Reich, sélectionné en compétition officielle au Festival du film sur l’art de Montréal.

Depuis la saison 2011-2012, l’Orchestre de chambre d’Auvergne lui confie le poste d’alto solo. Elle s’est récemment produite en soliste avec Ars Nova à la Philharmonie de Paris et avec l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne.

Hélène Desaint a été distinguée dans la Génération Spedidam 2015, et a bénéficié de la reconnaissance et du soutien de Mécénat Musical Société Générale (2009) et de l’Adami (2010).

site officiel
Marie Hallynck.jpg

Marie Hallynck

violoncelle

Marie Hallynck.jpg

Marie Hallynck

violoncelle

Lauréate du célèbre tournoi Eurovision en 1992 et de l’association Juventus en 1996, élue « Rising Star » par le réseau Echo en 2001 et « Musicienne de l’année » par la presse musicale belge en 2002, Marie Hallynck entame très jeune une carrière internatio- nale, se produisant avec des orchestres comme l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre Philharmonique de Saint-Petersbourg, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de Lille, le Hong Kong Chinese Orchestra... dans des salles aussi prestigieuses que le Concertgebouw d’Amsterdam, le Musikverein de Vienne, Wigmore Hall de Londres, le Théâtre de la Ville et la Cité de la Musique à Paris, le Palais des Beaux- Arts de Bruxelles, les Philharmonies de Berlin et Cologne pour ne citer qu’elles.

Ses nombreux enregistrements disco- graphiques, dont le dernier paru chez Warner Classics où elle interprète le concerto de Dirk Brossé en soliste avec le London Symphony Orchestra lui ont valu les plus hautes récompenses dans la presse spécialisée.

Parallèlement à ses activités de concerts, Marie Hallynck enseigne au Conservatoire Royal de Bruxelles et est invitée à siéger parmi les membres du jury de concours internationaux (ARD Münich, CMIREB 2017).Elle joue sur un violoncelle de Matteo Goffriller (1717).

site officiel
Ronald Van Spaendonck.jpg

Ronald Van Spaendonck

clarinette

Ronald Van Spaendonck.jpg

Ronald Van Spaendonck

clarinette

Né en 1970 en Belgique, Ronald Van Spaendonck est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes de sa génération.

En septembre 2000, il est choisi comme BBC New Generation Artist et est invité à se produire avec le BBC Scottish Symphony, BBC Philharmonic Orchestra et le BBC National Orchestra of Wales avec qui il fit ses débuts aux PROMS en juillet 2002.

Parmi les nombreuses récompenses internationales qui lui ont été attribuées, citons : Lauréat de l’European Youth Competition à Zürich, Premier prix du Concours International TROMP à Eindhoven, Premier prix du Concours International de Dos Hermanas (Séville) et Premier prix du Concours International pour Instruments à Vent A.Gi. Mus à Rome. Il est également lauréat « Juventus » (1991) et « Rising star » (1998).

Il a réalisé un nombre impressionnant d’enregistrements salués unanimement par la presse.

Conseiller artistique auprès de Buffet Crampon, « Gold Performing Artist » des anches Rico, Ronald Van Spaendonck est professeur de clarinette aux Conservatoires Royaux de Mons, de Bruxelles et, depuis octobre 2013, à l’Ecole Normale de Musique de Paris (Alfred Cortot). Il est également Professeur « Honoris Causa » au Conservatoire de Guangzhou (Chine).

site officiel
José van Dam.jpg

José van Dam

ténor

José van Dam.jpg

José van Dam

ténor

José Van Damest né à Bruxelles, où il a étudié au Conservatoire. Après ses études, il est lauréat des concours de Liège et de Toulouse. La même année (1961) il est engagé à l’Opéra de Paris. Il se perfectionne consécutivement au sein de la troupe du Palais Garnier et à l’Opéra de Genève. En 1967 il est invité par Lorin Maazel à l'Opéra de Berlin où il restera durant six ans.

 

Dès 1970, sa carrière prend son essor. Il est invité au Covent Garden, au Wiener Staatsoper, à la Scala, au MET, tandis qu’il fait régulièrement escale au Palais Garnier, où il chante Figaro dans la mémorable mise en scène de Strehler, Méphisto dans la fameuse production Faust par Lavelli, et le rôle-titre de St. François d’Assise(Messiaen) en 1983.

 

José Van Dam travailla avec des chefs d’orchestre tels que von Karajan, Abbado, Solti, Plasson, Davis, Ozawa, Maazel, Dutoit, Casadesus, Cambreling, Soustrot... Il ne se limite pas aux grands classiques du répertoire et s’est consacré avec la même exigence au répertoire du XXe. siècle et surtout à la musique française. En témoigne une discographie abondante et éclectique, comprenant notamment Pelleas et Mélisandele Fou (Landowski), le Requiem (de Duruflé), des opérettes de Hahn et de nombreuses mélodies (Schubert, Schumann, Brahms, Mahler, Duparc, Fauré)

 

Passionné par l’enseignement du chant, il a été conseiller pédagogique au conservatoire de Liège. Cette image d’enseignant sera immortalisée grâce au cinéma. Le Maître de musique, prodigieusement incarné par José Van Dam, fera du long-métrage de Gérard Corbiau un succès international. Au cinéma on se souvient encore de son Léporello dans la version filmé par Joseph Losey. Pour la télévision, il a notamment interprété Golaud à l’Opéra de Lyon ( en DVD) et Méphisto dans Musiques au cœur d’Eve Ruggieri.

 

José Van Dam a pris part à de nombreuses productions de la Monnaie, tant en opéra qu’en concert ou en récital. Parmi ses rôles : Boris Godounov, Falstaff, Wozzeck, Amfortas (Parsifal), Figaro, Jochanaan (Salomé), Hans Sachs (Die Meistersinger), le Hollandais du Vaisseau fantôme, Massimiliano (I Masnadieri) Gianni Schicchi, Faust (Damnation/Berlioz), Barak (Frau ohne Schatten/R. Strauss). En 2003 il créa le rôle-titre dans Oedipe sur la Route de Pierre Bartholomé.

 

Ailleurs en Europe et dans le monde on a pu l’applaudir les dernières saisons dans Pelléas et Mélisande à Genève, Don Pasquale à l‘opéra de Madrid, Gianni Schicchi au Japon avec Ozawa. Ou encore à l’occasion de concerts avec l’Orchestre Philharmonique de New-York et lors d’une tournée de  récitals à travers les Etats-Unis et en Amérique du Sud. Plus récemment José Van Dam figurait à l’affiche du Metropolitan Opera de New-York où il interpréta Golaud (Pelléas et Mélisande) sous la direction de James Levine. Avec ce dernier il se produisit également dans La Damnation de Faust aux Etats-Unis, à Londres (lors des PROMS), Lucern & Berlin ainsi que dans le rôle-titre de Simon Boccanegra avec le l’Orchestre Symphonique de Boston. Sous la direction de Lorin Maazel José Van Dam chanta dans Romeo et Juliette de Berlioz avec l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Rome.

 

Dans le cadre de la fameuse “Ruhr Triënnale” il réincarna le personnage Saint-François d’Assised’Olivier Messiaen, un rôle lui étant très cher et qu’il rechanta par la suite dans une nouvelle production à La Bastille. Dans ce théâtre on a pu l’applaudir ces dernières saisons dans L’Amour des trois oranges (Prokofiev), La Damnation de Faust (Berlioz), La Flûte Enchantée (Sprecher), La Traviata (Germont, Père) et dans Louise (rôle du père).

 

En 2010, José van Dam fit ses adieux aux scènes d'Opera à l'occasion d'une dernière collaboration avec la Monnaie dans le Don Quichotte de Massenet.

Il reste activement présent sur scène dans des récitals et même au théâtre et est maître en résidence à La Chapelle musicale Reine Elisabeth depuis huit années.

Jean-Louis Rassinfosse.jpg

Jean-Louis Rassinfosse

contrebasse

Jean-Louis Rassinfosse.jpg

Jean-Louis Rassinfosse

contrebasse

Contrebassiste autodidacte, il a joué avec la plupart des musiciens de jazz belges de toutes générations: Toots Thielemans, Philip Catherine, Jacques Pelzer, Sadi, Michel Herr, Charles Loos, Paolo Radoni, Steve Houben, Fabrice Alleman, Phil Abraham, Eric legnini… 

 

Il a aussi accompagné de nombreux solistes étrangers : Philly Joe Jones, Clifford Jordan, , Joe Lovano,Mike Mainieri, Kirk Lightsey, Joe Henderson, Richard Galliano, Michel Petrucciani, Charlie Mariano, Paquito dRiveira, New-York Voices, Bob Mover, Gary Smulyan, Randy Brecker, Claudio Roditi...

 

Il fut durant une période de 10 ans, le compagnon de route du légendaire trompettiste Chet Baker pour de nombreuses tournées en Europe et 6 CD dont 4 en trio avec Philip Catherine.

 

Dès 1980, il occupe une place prépondérante dans lenseignement du Jazz en Belgique participe à de nombreux stages d’été et depuis 1988 est professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles.

 

Cest un des musiciens les plus actifs de la scène Belge et on peut lentendre dans de nombreux groupes dont le trio L’Âme des poètes (7CD), le trio du saxophoniste  John Ruocco (2 CD), le quartet de Fabrice Alleman (2CD), le quintet du vibraphoniste Bart Quartier (1CD), the European Swing Trio” avec Jorg Seidel et Hajo Hofmann (4 CD), 7CD en trio avec le trompettiste Claudio Roditi et Klaus Ignatzek, pianiste allemand avec lequel il collabore depuis 1988 (20 CD), le trio WraP avec Barbara Wiernik et Alain Pierre, le quintet de Manu Hermia...

 

Depuis 10 ans il collabore avec le pianiste Jean-Philippe Collard-Neven avec lequel il grave 2CD en duo et 1CD en quartet. Cette collaboration se poursuit avec le prestigieux quatuor Debussy et aussi en trio avec le baryton José Van Dam.

 

Leader de son propre projet Crossworlds, son sens mélodique hors du commun et le son tellurique de sa basse à 5 cordes en font un des sidemen les plus recherchés.

 

Avec plus de 120 CDs à son actif, il porte sa musique au-delà de toute frontière.

Jean-Philippe Collard.jpg

Jean-Philippe Collard-Neven

piano

Jean-Philippe Collard.jpg

Jean-Philippe Collard-Neven

piano

Pianiste, compositeur et improvisateur belge né en 1975, Jean-Philippe Collard-Neven mène un parcours atypique de musicien dans lequel se côtoient les genres et les époques ainsi que différentes disciplines artistiques.
S’il a appris la musique en apprenant des airs de jazz sur les genoux de son papa ainsi qu’en rejouant de mémoire dès le plus jeune âge les musiques de films et les chansons qui le fascinent, sa formation musicale sera uniquement classique, même s’il préfère alors improviser sur les partitions qu’il travaille plutôt que de les déchiffrer jusqu’à la dernière mesure.
Le début de sa vie professionnelle sera marqué par un engagement profond envers le répertoire contemporain, mais plus tard, les musiques qui l’ont influencé durant son enfance et son adolescence vont reprendre le dessus et son activité musicale va s’orienter vers des projets personnels mêlant composition, improvisation, collaborations avec le théâtre, la littérature, les arts plastiques et le cinéma, souvent à la lisière entre tradition savante et musiques populaires. Cela ne l’empêche cependant pas de continuer à se produire sur les scènes classiques et contemporaines.
Parmi les rencontres marquantes qui ont émaillé son parcours, citons – dans le désordre - le contrebassiste de jazz Jean-Louis Rassinfosse, le clarinetiste/saxophoniste Fabrice Alleman, le percussioniste Xavier Desandre-Navarre, le vibraphoniste Bart Quartier, le Quatuor Debussy, les québecquois Michel Donato, Pierre Tanguay, Jean Derome, Helmut Lipsky, Emilie Girard-Charest, le Quatuor Danel, le Quatuor Debussy, le violoncelliste Fabrice Bihan, l’altiste Vincent Royer, les compositeurs Jean-Luc Fafchamps, Luc Ferrari, Claude Ledoux, Michel Gonneville, David Shea, Bruno Mantovani, Jean-Paul Dessy, Michel Portal, le joueur de oud marocain Nasser Houari, les metteurs en scène Pietro Pizzuti, Ingrid von Wantoch Rekowski, Jeanine Godinas, Claire Gatineau, les chefs d’orchestre Patrick Davin et Pierre Bartholomée, le plasticien Bob Verschueren, le chorégraphe Claudio Bernardo, le danseur hip-hop Yaman Okur,le peintre-cinéaste Jean Detheux, les poètes Laurence Vielle et Charles Ducal, le chanteur pop Kris Dane, sans oublier le baryton-basse José van Dam et Jodie Devos.
En 2013 il fonde avec 10 jeunes musiciens l’ensemble La Fête étrange, sorte de garage band classique rejouant la musique d’un film imaginaire.
En 2016, il compose sur un livret de Laurence Vielle et Charles Ducal une cantate pour le projet Cantania et qui sera chantée par 700 enfants et des musiciens de l’ONB à Bozar en mai 2017.
Il se produit régulièrement en Europe, en Amérique du sud et centrale, au Japon, en Asie, au Canada, en Afrique du nord… On peut l’entendre sur une vingtaine de productions discographiques produites par Radio France, Sub Rosa, FUGA LIBERA, Cyprès, Flau…
Après le succès de son album en trio avec José van Dam et Jean-Louis Rassinfosse autour de chansons de Carlos Gardel, un nouveau cd de ce trio est sorti chez Radio France en mars 2018 avec des reprises de chansons françaises. 
Premier prix au concours Dexia en 1993. En 2003 l’Union des Compositeurs belges lui décerne le trophée FUGA pour son activité en faveur du répertoire belge. Il reçoit en 2008 l'Octave de l'artiste de l'année.  Coup de cœur de l’Académie Charles Cros pour le cd Didascalies consacré aux œuvres de Luc Ferrari.
Jean-Philippe Collard-Neven est professeur de Musique de Chambre et d’improvisation au Conservatoire Royal de musique de Mons (ARTS2).
La photographie occupe également une grande place dans sa vie.
 

Production : asbl music'Arte

avec le soutien de